Une seule planète
Une Seule Planète, pour des transitions solidaires Bouton menu
Chargement...
Chargement de l'étape en cours...

Bananes équitables : entre plantations certifiées et organisations de producteurs...

Organigramme de la filière Banane (c)
Sans titre (c)
Sans titre (c)
Faits et chiffres des filières de bananes équitables (c)

La production mondiale de bananes est caractérisée par :

  • Une production fortement auto-consommée dans les pays producteurs qui participe largement à la sécurité alimentaire (avec le riz, blé, maïs). Seuls 15 à 20% de la production totale est exportée. Mais cette exportation représente le plus gros volume de fruits exportés au monde et donc un marché très lucratif.
  • La production est réalisée par des plantations (entreprises locale et multinationales de 250 ha en moyenne mais pouvant aller jusqu’à 5000 ha) et des petits producteurs (< 2 ha en moyenne) : les premières sont majoritairement destinées à l’export et les secondes à la consommation locale. 10% des exportations sont réalisées par des organisations de producteurs.
  • Production et commerce sont dominés par 5 multinationales qui représentent 85% du marché : Chiquita, Dole, Del Monte, Noboa et Fyffes.

Ces caractéristiques se retrouvent aussi dans les filières de commerce équitable

Il existe en quelques sortes 2 types de commerce équitable sur les filières bananes :

  • Une qui s'appuie sur des structures agricoles de type « plantations » contrôlées par des entreprises locales ou des multinationales (dont les 5 qui dominent le marché) mais qui respectent les conditions de travail, donne part aux décisions aux travailleurs qui gèrent indépendamment la prime de commerce équitable, assurent des modes de productions respectueux de l’environnement et de la santé.
  • Une qui s'appuie sur des organisations de producteurs indépendantes qui bénéficient de tous les critères du commerce équitable : prix minimum garanti, pré financement, prime, conditions de travail, engagement sur le long terme, etc.

Si les deux systèmes répondent aux critères du commerce équitable et permettent ainsi de garantir le respect des droits des travailleurs (plantations) et des producteurs, ils ne répondent pas pour autant au même projet de développement.

En effet, l’un des objectifs du commerce équitable restant la reconquête de l’autonomie des producteurs. Et il est clair que le fonctionnement en plantation, même si elle permet de garantir les conditions de travail dignes (ce qui constitue un enjeu fort de la filière), ne permet pas de poursuivre cet objectif premier.

On connait aussi de plus en plus le développement de filières dites ’durables’ surfant sur la vague de l'équitable tout en n'en respectant pas les critères...

 

Mais il existe de plus en plus de filières qui s’appuient sur des organisations de producteurs comme celle de l’APPBOSA au Pérou.

Fermer le volet
Fermer le volet