Une seule planète
Une Seule Planète, pour des transitions solidaires Bouton menu
Chargement...
Chargement de l'étape en cours...

L'intégration des Roms par l'éducation

L’accès à l’education est l'un des leviers principaux pour aider la population Rom à s’intégrer pleinement dans la société roumaine. Plus les enfants Roms avancent dans leurs études plus ils seront force de changement dans le futur. Pourtant plusieurs obstacles freinent encore leur inclusion. 

  • L’instabilité géographique des enfants scolarisés : selon Marian de l’association Romani Criss300 000 personnes sont dans une migration pendulaire entre la Roumanie et d’autres pays d’Europe. Pour résoudre ce problème il faudrait : soit laisser les enfants en Roumanie, soit harmoniser les programmes par niveaux, en Europe.
  • Certains parents n’envoient pas leurs enfants à l’école. Les enfants plus grands devant garder les plus petits lors du travail des parents.

STEA, une association située au nord de la Roumanie, a entrepris une étude de terrain avec des sociologues et est parvenue à une analyse de la situation gràce à 635 entretiens :
  • 52% des enfants ne sont pas inscrits en maternelle,
  • 30% ne sont pas inscrits en primaire,
  • 53% ne vont pas en secondaire, par conséquent il n’y a pas de possibilité de formation professionnelle, à l'issue du cursus scolaire.
Parmi les inscrits, la fréquentation est très irrégulière, en conséquence beaucoup ne savent ni lire ni écrire à la fin du primaire, 64% des adultes sont analphabètes. De plus, un grand décalage existe entre le système scolaire et le marché de l'emploi.
  • Un autre problème au niveau de l’accès à l’école, c’est la discrimination que subissent les enfants. Nicoleta de l’association Romano ButiQ, nous raconte ce qu’elle a vécu récemment concernant ce phénomène de discrimination des enfants Rom à l’école :

    « Mi-juin (2017), il y a eu, au Palais National des Enfants, un grand concours national de musique et danses traditionnelles. Des activistes roms sont venus avec un groupe d’enfants roms et non roms issus d'une école, habillés avec des costumes traditionnels pour participer au défilé comme plusieurs autres écoles de la région. Au sein du Palais il y a eu un vol, et l’accusation s’est immédiatement portée sur les roms sans aucune preuve de leur culpabilité. Le groupe a porté plainte auprès de la commission nationale contre les discriminations.Le 18 juillet, jour du 10e anniversaire de la loi contre les discriminations, nous avons manifesté devant le ministère et une délégation a été reçue : moi et deux autres mamans d’enfants discriminés. Le ministère a tenté d’obtenir le retrait de la plainte, mais nous avons refusé car nous espérons un jugement et la condamnation du Palais national des enfants qui conduira, on l’espère, à des sanctions. »
 
Malgré ces discriminations certains Roms réussissent leurs études et sortent avec des diplômes universitaires. Cependant, 80% des étudiants diplômés, partent en Occident faute de travail et de valorisation sur place.
 
Sans titre (c)
Sans titre
Caravane de classes de rattrapage d'été
Jardin d'Horticulture de STEA

Comment permettre aux enfants Roms d'être scolarisés ?

La Fondation Collège Européen a beaucoup travaillé sur ce sujet, notamment sur le périmètre de la ville de Cluj. Son plus grand défi a été de mettre l’accent sur la scolarisation des enfants dès le plus jeune âge : s'ils ne vont pas à la maternelle, les enfants accusent déjà un retard et un décalage en arrivant en primaire.

  • La Fondation a piloté un village précurseur en matière d’intégration, dans un quartier à majorité rom.
  • Dans l’école pilote, la fondation a mis en place un journal d’école et un centre de loisirs.
  • Dans une autre école, qui se situe dans le secteur de la déchetterie à l’entrée de Cluj, la fondation assure un repas chaud chaque midi avec des douches, des vestiaires et des machines à laver pour que les enfants roms ne se fassent pas virer de l’école à cause de leurs conditions. Il y a eu la mise en place de 2 personnes de la communauté Rom pour assurer les douches et les machines à laver.
  • De plus, dans cette école, 10 enfants par mois sont habillés de la tête aux pieds avec de nouveaux vêtements offerts par la Fondation.
  • La Fondation a également mis en place 2 médiateurs éducatifs dans ce quartier avec des locaux qui ont été financés par les Pays-Bas. Ces locaux comportent des classes qui servent à organiser des classes de rattrapage pour des enfants en difficulté et à des séances d’alphabétisation pour les adultes qui le souhaitent.
  • Plusieurs activités pédagogiques sont organisés tout au long de l’année avec également des sorties pendant les vacances scolaire.
  • A l’occasion de la journée des Roms le 8 avril, l’organisation d’une grande animation a réuni toute la population Rom du quartier.

STEA, une association basée à Satu Mare dans le nord de la Roumanie, concentre la majorité de ces actions au développement de l’accès à l’Education des populations Roms de la région.

  • Grace à la constitution d'une équipe mobile, financée par la Norvège, STEA soutient 476 personnes. Grace à ce projet il y a eu 364 dons de matériels scolaire,,143 cours de soutiens scolaires aux enfants roms contre le décrochage et l’accompagnement de 20 jeunes vers l’emploi.
  • Pendant l’été, STEA organise des camps pour accompagner les enfants vers la rentrée avec notamment une caravane éducative dans laquelle sont organisés des cours de rattrapage.
  • STEA accompagne beaucoup de jeunes Roms dans leur recherche d’emploi. Organisation de sessions d’insertion professionnelles avec une aide à la création du CV, des jeux de rôles pour s’entrainer à l’entretien d’embauche etc…
  • L'association organise également régulièrement des concours artistiques ouverts à tous, des activités sportives, des marches en centre-ville ou des matchs de foot…
  • Enfin l'organisation participe au forum des associations pour s’ouvrir vers l’extérieur et se montrer comme membres de la ville.

Suite à toutes ces actions, STEA a constaté de nombreux résultats positifs : des réussites d’anciens enfants des rues et le travail sur l’estime de soi qui a été très encourageant chez certains jeunes.

Ainsi, scolariser les enfants dès la maternelle, leur permettre d’avoir des repas, mettre en place un vrai suivi par des médiateurs ou faire du soutien scolaire pendant les vacances peut permettre aux enfants de pouvoir suivre une scolarité.

Pour conclure, citons Viktor de l’association Romano ButiQ :

«  L'Ignorance est un plus gros problème que le racisme. L’ignorance génère le racisme ». 

Alternatives







Ressources







Fermer le volet
Fermer le volet