Une seule planète
Une Seule Planète, pour des transitions solidaires Bouton menu
Chargement...
Chargement de l'étape en cours...

Il était une fois... l'extractivisme

Les célèbres mines d'argent de Potosi ont été exploitées par les conquistadors et les colons espagnols dès le XVIe siècle. (Illustration : Herman Moll : Map of South America, London c.1715) (c)

L'exploitation des peuples et des territoires à la source de l'extractivisme

L’extraction des ressources naturelles et leur transformation pour les besoins humains est un processus millénaire qui a forgé l’histoire du monde. Dans l’Antiquité grecque et romaine, on compte déjà de nombreuses mines, et on en trouve des traces dès la Préhistoire. 

La recherche de métaux précieux et autres matières premières a motivé le développement du commerce et la conquête de nouveaux territoires, puis leur colonisation. Les Amériques et l’Afrique en sont des exemples emblématiques. Les peuples qui vivaient sur ces territoires ont vu leurs terres accaparées par de nouveaux venus qui les ont souvent exploités pour extraire ces ressources et exterminés pour en avoir le contrôle. En métropole, cette extraction reposait également sur l’exploitation de toute une classe sociale.

Dans ce parcours, il sera spécifiquement question des ressources du sous-sol : pétrole, sables bitumineux, gaz de schiste, mais aussi métaux, charbon et autres minerais, ainsi que de leurs installations comme les mines à ciel ouvert, les puits de forage, les pipelines, etc.

Un emballement de l'extractivisme jusqu'à l'impasse

Cet accaparement, qui a permis la construction des sociétés occidentales d’aujourd’hui au détriment des populations des territoires conquis appelés aujourd’hui « pays en développement », se poursuit. Ces dernières décennies, le phénomène extractiviste s’est intensifié partout dans le monde en s’appuyant sur des avancées technologiques : les volumes en jeu ont considérablement augmenté, les impacts se sont alourdis et les conflits se sont multipliés, tout en générant de plus en plus de profits pour une minorité d’acteurs.

L'extractivisme est différent de la simple extraction, cette dernière répondant à des besoins tandis que le premier est d'abord le rouage d'un système économique visant avant tout à faire des profits et de plus en plus déconnecté des besoins réels.

Il ne s'agit donc pas de plaider pour un renoncement à toute exploitation des matières premières du sous-sol, mais de montrer que cette exploitation effrénée traduit aujourd’hui une véritable crise de l’excès, encore inédite, de sociétés incapables de s'auto-limiter et régies uniquement par la croissance économique, qui nous conduit dans une impasse.

Interview d'Anna Bednik par Jade Lindgaard, journaliste Mediapart (c)

Ressources

Les veines ouvertes de l'Amérique Latine - Eduardo Galeano

Partage durable des ressources Livre

Voici l'histoire implacable du pillage d'un continent qui fait prendre tragiquement conscience d'une humiliation concertée comme celle d'une personne humaine. Nous suivons, siècle après siècle, et dans le moindre détail, la honte du mécanisme qui a conduit à une dépossession ruinant les nations d'un des espaces les plus prometteurs de l'univers.
Après l'âpreté des découvreurs débarqués des caravelles, la cruauté épique des conquistadors puis celle, sauvage, mercantile, des négriers, voici venus en jet » les technocrates d'aujourd'hui, la caste anonyme et glacée des banquiers, des « experts internationaux » du développement, qui s'attaquent à la fabuleuse richesse du sous-sol de l'Amérique latine et, pour mieux dominer les peuples, n'hésitent pas à subventionner de sanglants dictateurs à leur solde.
Cet ouvrage essentiel sur l'exploitation de l'homme par l'homme est à l'échelle d'un continent. Classique aujourd'hui, ce livre est lu et commenté dans les grandes universités nord-américaines ; il dénonce le talon d'Achille des Etats-Unis : un univers où règnent la faim, l'angoisse et les pires inégalités sociales.
Les responsables ? Qui ? Qui donc ?
L'Espagne et le Portugal, l'Angleterre et, de nos jours, les Etats-Unis. Les Etats-Unis, avocat des Droits de l'homme. « Lincoln, réveille-toi. Vois cette imposture que Washington, en ton nom, encourage, sous couvert de grandes banques, hors de ses frontières. » On ne s'étonnera pas que les multinationales, monstres hybrides des temps modernes, opèrent avec cohésion en cet ensemble d'îles solitaires qu'est l'Amérique latine. Chaque pays plie sous le poids conjugué de ses divisions sociales, de ses armées, de ses polices qui l'enfoncent dans une plus profonde misère.

Voir ce doc






8  Ressources

Les veines ouvertes de l'Amérique Latine - Eduardo Galeano

Partage durable des ressources Livre

Voici l'histoire implacable du pillage d'un continent qui fait prendre tragiquement conscience d'une humiliation concertée comme celle d'une personne humaine. Nous suivons, siècle après siècle, et dans le moindre détail, la honte du mécanisme qui a conduit à une dépossession ruinant les nations d'un des espaces les plus prometteurs de l'univers.
Après l'âpreté des découvreurs débarqués des caravelles, la cruauté épique des conquistadors puis celle, sauvage, mercantile, des négriers, voici venus en jet » les technocrates d'aujourd'hui, la caste anonyme et glacée des banquiers, des « experts internationaux » du développement, qui s'attaquent à la fabuleuse richesse du sous-sol de l'Amérique latine et, pour mieux dominer les peuples, n'hésitent pas à subventionner de sanglants dictateurs à leur solde.
Cet ouvrage essentiel sur l'exploitation de l'homme par l'homme est à l'échelle d'un continent. Classique aujourd'hui, ce livre est lu et commenté dans les grandes universités nord-américaines ; il dénonce le talon d'Achille des Etats-Unis : un univers où règnent la faim, l'angoisse et les pires inégalités sociales.
Les responsables ? Qui ? Qui donc ?
L'Espagne et le Portugal, l'Angleterre et, de nos jours, les Etats-Unis. Les Etats-Unis, avocat des Droits de l'homme. « Lincoln, réveille-toi. Vois cette imposture que Washington, en ton nom, encourage, sous couvert de grandes banques, hors de ses frontières. » On ne s'étonnera pas que les multinationales, monstres hybrides des temps modernes, opèrent avec cohésion en cet ensemble d'îles solitaires qu'est l'Amérique latine. Chaque pays plie sous le poids conjugué de ses divisions sociales, de ses armées, de ses polices qui l'enfoncent dans une plus profonde misère.

Voir ce doc
Fermer le volet
Fermer le volet