Une seule planète
Une Seule Planète, pour des transitions solidaires Bouton menu
Chargement...
Chargement de l'étape en cours...

Des temps informels qui resserrent les liens entre les organisations

Sans titre

On le dit souvent dans beaucoup de contextes, le « off », c’est-à-dire tout ce qui se passe dans les moments informels, est quasiment aussi intéressant que le programme officiel. Les FSM n’échappent pas à la règle et les moments informels se multiplient, dans les interstices du programme de l’événement. C’est l’occasion de débattre à bâton rompu, sans limite de temps, de parler à des personnes que l’on ne croise pas ailleurs (lorsque l’on se retrouve à errer dans les couloirs avec un-e autre participant-e, à la recherche d’une activité disparue), de se détendre et d’avoir une réflexion encore plus libre et débridée que lors d’ateliers encadrés.

Certaines pauses sont aussi l’occasion de poursuivre des discussions entamées ailleurs. Cyril, jamais complètement au repos, revient en atelier après avoir esquissé des pistes de partenariats entre sa structure et un futur partenaire québécois, rencontré au coin café.

D’autres, comme Chloé, ressortent frigorifiées de la pause déjeuner et arrivent tout de même à en tirer une certaine analyse : « C’est drôle de voir que les canadiens, très mobilisés sur les questions de lutte pour l’environnement, contre l’extractivisme ou les pipelines par exemple, sont pourtant les adeptes d’une climatisation poussée à fond !  ».

Enfin, tous les moments off ne sont pas positifs. Ils peuvent aussi faire réagir « par défaut ». Félicie en fait l’amer découverte, à la suite d’un pic-nic dans un parc avec d'autres participant-e-s. « J’ai été triste de découvrir que beaucoup de gens avaient découvert [pendant ce Forum] des choses qui existent, voire qui sont très répandues, en France ! Il faut communiquer plus, multiplier les espaces de partage de bonnes pratiques ! ».

Sans titre
Fermer le volet
Fermer le volet