Une seule planète
Une Seule Planète, pour des transitions solidaires Bouton menu
Chargement...
Chargement de l'étape en cours...

L'échec du modèle agricole dominant.

Durant les dernières décennies, l’agriculture a connu 4 grands processus à l’origine de la situation actuelle :

  • l’expansion de la révolution agricole du 20ème siècle (appelée « révolution verte » dans les pays du Sud) dans un certain nombre de régions du monde. Celle-ci repose, d’une part, sur la motorisation, la chimisation (engrais, pesticides, etc.) et souvent l’irrigation intensive de l’agriculture, et, d’autre part, sur la sélection de variétés de plantes et de races d’animaux domestiques à haut potentiel génétique et adaptées à ces nouvelles techniques.
  • la libéralisation des marchés agricoles, qui se traduit par la mise en concurrence sur un même marché d’une grande partie des agricultures du monde, celles-ci étant ainsi soumises à une uniformisation des prix payés aux producteurs ;
  • la domination croissante de quelques firmes multinationales intervenant soit en amont de la production agricole (fabrication d’engrais et de matériel agricole, etc.), soit en aval (agro-industrie, négoce, grande distribution). Cette domination caractérisée par une forte concentration des pouvoirs aux mains d’une poignée d’acteurs par filière, influe fortement les choix productifs des agriculteurs et se traduit par une pression accrue à la baisse des prix payés aux producteurs ;
  • le détournement, depuis une dizaine d’années, d’une partie de la production agricole vers la fabrication d’agro-carburants couplée assez souvent avec l'explosion des phénomènes d’accaparement des terres au détriment des populations paysannes.
Exemple de la concentration des acteurs dans la filière sucre mondiale
Le changement agricole c'est maintenant
Sans titre (c)

Si l’expansion de la révolution agricole du 20ème siècle a permis d’accroître fortement la production mondiale, elle a imposé un modèle agricole mondial :

  • Où près d’un milliard de personnes qui ne mangent pas à leur faim (deux milliards souffrent de carences nutritionnelles), quand parallèlement se multiplient à travers le monde les cas d’allergie, de diabète, d’obésité et d’autres maladies liés à une mauvaise alimentation (en quantité et en qualité)
  • Où les inégalités de productivité et de niveau de vie entre paysans du monde ont explosé : d’un côté des grandes exploitations mécanisées, subventionnées, et de l’autre des agriculture familiale manuelles où les techniques de la révolution vertes sont inadaptées et contre productives (pollution, endettement, etc.). Conséquence : exode rural et chômage de masse.
  • les crises alimentaires se multiplient : crises sanitaires ou crises économiques (émeutes de la faim en 2007-08, puis 2010)
  • Qui est à l’origine d’une crise écologique majeure : dégradation de la fertilité des sols, pertes de terres agricoles, déforestation, diminution de la biodiversité, épuisement de ressources naturelles non renouvelables (carbone fossile, phosphates, eau), contaminations de l’environnement, contribution au réchauffement climatique.

 

Au cours des décennies à venir, l’agriculture devra faire face à un triple défi  :

  • répondre aux besoins alimentaires croissants de l’Humanité.
  • maintenir un maximum de personnes en activité pour absorber l’excédent de main d’œuvre d’origine agricole.
  • s’adapter au changement climatique et atténuer son impact sur celui-ci en modifiant ses pratiques.

 

 

Texte extrait d'un article écrit par Laurent LEVARD - GRET pour le bulletin EQUITE de la fédération Artisans du Monde en octobre 2012.

Ressources







Outils







Fermer le volet
Fermer le volet