Une seule planète
Une Seule Planète, pour des transitions solidaires Bouton menu

Produire la ville par et pour les habitants - la production sociale de l'habitat bouton Facebook bouton Twitter

Publié par urbamonde
Habiter le monde autrement Pouvoir d’agir et démocratie
Production sociale de l'habitatHabitat collaboratifHabitat participatifPlateforme collaborativeCoopérativesBien communCoproduction de la villeCommunsHabitantsPolitiques publiquesInnovationSolidaritéHabitatDéveloppement urbain


Contexte de l'initiative

L’Habitat – qui est au centre de nos vies sociales, émotionnelles et parfois économiques – devrait être un lieu où vivre en paix, en sécurité et en dignité. Malheureusement, pour les populations pauvres du monde entier, c’est rarement le cas. On estime aujourd’hui que plus de 800 millions de personnes vivent dans des conditions de logement inadéquates sans infrastructures de base comme l’eau courante, l’assainissement et l’électricité. Et leur nombre ne cesse d’augmenter ! D’ici à 2030, nous estimons que trois milliards de personnes, soit environ 40% de la population mondiale, ne disposera pas d’un logement adéquat. Le problème est en partie lié au fait que le logement (et la terre sur laquelle il repose) est, de plus en plus, considéré comme une marchandise et non comme un droit humain d’une importance primordiale pour les plus pauvres… droit que les gouvernements se sont engagés à respecter et à mettre en application.

Dans ce contexte, la production sociale de l’habitat désigne le processus par lequel une communauté planifie, construit et gère les logements, les infrastructures et les espaces communs nécessaires à son habitat. Ce processus s’effectue généralement avec le soutien d’acteurs techniques et en négociation (conflictuelle ou non) avec les autorités publiques.

Détail du projet

L’habitant acteur de sa ville

Il y a, schématiquement, trois façons de construire la ville : par les acteurs publics, par les acteurs privés et par les habitants : c’est de cette dernière que traite la production sociale de l’habitat. On tend parfois à considérer l’habitat comme un produit fini… et les habitants comme des consommateurs passifs de cet objet : la ville ! Le produit fini devrait être délivré par le marché ou par l’Etat, selon le climat politique. Cependant, dans un contexte où bientôt 40% de la population mondiale ne disposera pas d’un habitat adéquat, il s’en suit un long débat sur la capacité des acteurs publics ou privés à produire un cadre de vie durable pour ces habitants. L’objet de cet ouvrage n’est pas d’analyser les conditions de précarité parfois extrêmes des habitants tant dans les villes du Nord que du Sud. Cet ouvrage vise plutôt à montrer comment les habitants peuvent être acteurs de leur ville, et producteurs de leur lieu de vie. En rendant visibles les projets de la société civile, il vise à montrer comment l’habitat peut être un processus et non un produit, comment l’habitat peut être l’expression, non seulement d’un droit mais aussi d’une liberté fondamentale : celle d’aménager son lieu de vie.

La ville en tant que commun
Comment produire la ville en tant qu’habitant ? C’est l’une des questions qui motive cet ouvrage et la réponse la plus courte serait : ‘en commun’. Il est en effet nécessaire de ‘mettre en commun la demande’ pour construire une maîtrise du processus de production de la ville car la capacité d’action des habitants est généralement trop faible, à l’échelle du ménage, pour influencer l’offre. Ceci est d’autant plus vrai que les ressources des habitants concernés sont restreintes. Individuellement, l’habitant est réduit au rôle de client d’une production urbaine maîtrisée par des entreprises privées (du secteur formel comme du secteur informel) ou par des acteurs publics. Et pour une grande partie de la population, l’inadéquation économique, sociale et environnementale de la ville découle précisément du fait que cette production n’est pas redevable à la ‘demande’ des habitants.
L’idée est assez simple et pratiquée depuis toujours : les habitants, même s’ils ne disposent que de ressources restreintes, sont nombreux. Ils peuvent donc mobiliser des moyens conséquents en mettant en commun leurs ressources économiques, leurs savoir faire, etc. Tous les projets analysés dans cet ouvrage impliquent une forme d’organisation locale entre les habitants qui forment une ‘communauté’, au sens où l’analyse E.Ostrom (1996) dans la gestion des communs. La production sociale de l’habitat postule donc la capacité des communautés locales à produire et gérer le territoire comme une ressource partagée dont la gouvernance est construite du bas vers le haut : du bâtiment ‘coopératif ’ en passant par l’échelle du quartier – avec ses espaces communs et infrastructures de proximité – jusqu’à l’échelle de la ville.

Une ville durable
On pourrait affirmer que les bidonvilles, habités aujourd’hui par un milliard de personnes, sont effectivement construits ‘par les habitants’ ; l’objet est-il donc de construire la ville de demain comme un bidonville ? Oui, dans la mesure où il s’agit d’une urbanisation maîtrisée par les habitants, extrêmement économe en ressources, évolutive dans le temps en fonction des besoins, présentant une très grande mixité fonctionnelle, une vitalité économique, des réseaux de proximité et une forte cohésion sociale. Non, dans les cas d’une urbanisation non planifiée dont la production est réalisée par des propriétaires informels exploitant des habitants plus pauvres qu’eux. Non, dans les cas où cette urbanisation détruit les ressources dont elle dépend et présente une forte vulnérabilité aux risques environnementaux. Non, dans les cas où l’absence de dialogue entre les acteurs publics et les habitants résulte en une absence totale d’équipements de base et une dramatique insécurité foncière.

La production sociale de l’habitat traite de la capacité des habitants à produire une ville durable. Cette ville durable suppose une capacité de la communauté à négocier avec les acteurs publics et privés, elle suppose l’existence de politiques et d’acteurs de support ainsi qu’une capacité à planifier, à anticiper l’évolution de la ville à terme.

D'après : La Production sociale de l'habitat (urbaMonde 2015). Commandez la publication ici !

 

Succès et perspectives

Vers un partenariat élargi entre communautés

Le projet d'une plateforme commune entre les acteurs Sud et Nord de la production sociale de l'habitat (PSH) a été initié lors du La Journée Mondiale de l'Habitat 2014 à Genève. Il vise à tisser des liens de solidarité actifs entre groupes d'habitants et leurs réseaux, notamment :

• ‘Habitat International Coalition’ (HIC) est l’un des plus anciens réseaux de mouvements d’habitants et d’ONG avec notamment une forte présence en Amérique Latine.
• ‘Cooperative Housing International’ (COOP) réunit l’ensemble des Coopératives d’Habitation au Nord comme au Sud avec notamment une forte représentation des coopératives européennes.
• ‘Slum Dwellers International’ (SDI) regroupe des fédérations nationales de communautés d’habitants précaires dans 35 pays avec une forte présence en Afrique et en Inde.
• ‘Asian Coalition for Housing Rights’ (ACHR) regroupe des communautés d’habitants de quartiers précaires dans plus de 160 villes d’Asie.
• ‘Grounded Solutions Network’ (GSN) regroupe des initiatives portées par les habitants aux Etats-Unis.

La plateforme fait l’hypothèse que des groupes d’habitants produisent la ville en commun dans chaque région du monde. Si ces communautés locales agissent
dans des contextes parfois radicalement différents, elles développent néanmoins des processus analogues et rencontrent des défis similaires. Elle repose sur la vision d’un partenariat et d’une solidarité inter-régionale entre projets. Actuellement, les mécanismes de solidarité ont largement démontré leur validité à l’échelle locale : les groupes d’habitants échangent sur leurs pratiques, développent des outils communs pour leur organisation et leur financement, négocient ensemble des politiques de support. Nous supposons qu’il est possible aujourd’hui de construire des liens inter-régionaux durables dans une approche dépolarisée. C’est l’objectif de la Plateforme Globale pour la Production Sociale de l’Habitat qui contribuera à mettre au centre du débat ces projets qui concrétisent la vision d’une ville durable ‘par et pour les habitants’.

Les activités développées :

Prochains rendez-vous :

Juin 2017, Mexico - prix latino-américain

Octobre 2017, Berlin - prix européen de l'habitat collaboratif

Octobre 2017, Oakland (CA) - prix nord-américain de l'habitat collaboratif (community-led housing)

 

 

 

 

Localisation




Contact








Début du projet : 2014

Galerie photos



  • Cette initiative est présente dans les parcours suivants

  • La production sociale de l'habitat
    Parcours : Habiter la ville autrement
  • Des alternatives locales aux alliances globales
    Parcours : Habiter la ville autrement