Une seule planète
Une Seule Planète, pour des transitions solidaires Bouton menu
Chargement...
Chargement de l'étape en cours...

L'accès aux soins des Roms : un facteur d'inégalité

L’accès à la santé est un réel souci au sein des populations roms. Compte tenu des difficultés d'obtention d'une assurance médicale, beaucoup de familles Roms, en grande difficulté économique, n'ont quasiment aucun suivi médical. Ce qui engendre de nombreux problèmes.

  •  A Curcani, une commune à 40 kms au sud-est de Bucarest, deux médiatrices sanitaires qui font des visites et des accompagnements tous les jours. Elles sont en contrat avec la mairie et enregistrées au ministère de la santé. Chacune a en charge 540 familles. En théorie, chaque famille doit avoir un médecin traitant et l’assurance sociale. Mais dans la population Rom, presque la moitié d’entre elles n’ont pas accès à l’assurance sociale car sans emploi. Il y a également 20 familles qui n'ont pas de médecin traitant. 
     
  • Plusieurs pathologies sont présentes au sein de cette communauté : hypertension, diabète, tuberculose, hépatites, sida, problèmes psychologiques, troubles mentaux. Malheureusement toutes les communautés n’ont pas la chance d’avoir des médiatrices sanitaires en leur sein.
     
  • Par exemple à Satu Mare, une ville où de nombreux roms vivent dans des conditions très difficiles, il n’y a pas de médiatrice sanitaire. L’Etat toumain met l’accent sur les prestations sociales mais pas sur l’accompagnement social.
  • Il y a également des problèmes de toxicomanie : certains Roms, notamment les jeunes, s’empoisonnent avec des produits chimiques car les drogues sont trop chères. Ces produits sont vendus dans les squats, dans les lieux de vie de Roms et mêmes au sein des écoles.

L’accompagnement des familles

La présence des médiatrices sanitaires a permis à la communauté rom d’être plus informée dans le domaine médico-social. De plus grâce à leur engagement, les médiatrices ont permis à la majorité des Roms dont elles étaient en charge, d’adhérer à un régime social régulier avec la présence d’un médecin familial.

Plusieurs campagnes de sensibilisation à l’égard des roms sont menées par ces médiatrices pour les informer sur l’existence des traitements, de vaccins etc…

Par exemple l’association STEA a informé 1500 roms sur les vaccins, la contraception, les allocations etc… De plus 261 personnes ont eu un accompagnement dans leur accès aux soins et 159 enfants ont eu un soutien social et psychologique. 

Alternatives







Fermer le volet
Fermer le volet