Une seule planète
Une Seule Planète, pour des transitions solidaires Bouton menu
Chargement...
Chargement de l'étape en cours...

Exportation de pesticides vers l’Afrique de l’Ouest : scandale éthique et sanitaire ?

Courrier International, 2020 (c)

La population africaine devrait doubler d’ici 2050 pour atteindre 2,5 milliards d’habitants. La question de la sécurité alimentaire sur le continent se pose plus que jamais. 

Bien que ce soit l’agriculture familiale qui assure jusqu’à présent l’alimentation des pays en voie de développement (à 80%), les pays du Nord y voient une formidable opportunité, à la fois pour imposer leur modèle agro-industriel, et développer de nouveaux marchés pour la vente d’intrants chimiques (pesticides et engrais de synthèse).




Comment cela se manifeste t-il ?

Pour profiter de cette manne financière, les pays du Nord investissent massivement en Afrique pour convaincre Etats et paysans du bien-fondé de leur modèle : agriculture intensive, monoculture, mécanisation, recours massif aux intrants chimiques. 

Parmi, les initiatives les plus actives on trouve l’AGRA (Alliance pour une Révolution Verte en Afrique), financée à hauteur de dizaines de millions de dollars par la Fondation Rockefeller et la Fondation de Bill et Melinda Gates. L’institution se targue d’aider les paysans africains à augmenter leur production et accroître leur revenu. En réalité, l’AGRA ne reconnaît pas la diversité de l’agriculture africaine et incite les producteurs à abandonner les cultures traditionnelles, au profit de quelques cultures telles que le maïs ou le riz.

L’objectif de l’AGRA et des industriels du secteur est de vendre aux agriculteurs un paquet technique comprenant semences commerciales, engrais chimiques et pesticides associés, les rendant ainsi dépendants de l’utilisation de ces produits. Un cercle vicieux apparaît : la monoculture à partir de semences commerciales (hybrides, voire OGM), couplée à l’utilisation d’engrais de synthèse appauvrit les sols et fragilise les plantes. Pour y pallier, l’utilisation de nouveaux pesticides chimiques est recommandée, les doses d’engrais chimiques nécessaires augmentent, et beaucoup de paysans finissent surendettés. 

Dix ans après son lancement, l’AGRA n’a pas atteint ses objectifs en matière de sécurité alimentaire dans les 13 pays ciblés, bien au contraire : 

- Plutôt que les petits agriculteurs, l’AGRA a ciblé les élites politiques locales et les détenteurs de grandes exploitations ;

- Plutôt que les rendements, ce sont les surfaces cultivées de certaines denrées ciblées qui ont augmenté, et ce au détriment d’autres cultures. Cela a conduit à la perte de biodiversité cultivée, de résilience des systèmes et de qualité nutritionnelle de la nourriture ; 

- La population en situation d’insécurité alimentaire grave a augmenté de 30 % sur la durée du programme au sein des 13 pays ciblés ;

- Des abus ont été constatés, comme au Rwanda, où les agriculteurs écopaient d’une amende s’ils refusaient de planter les semences promues par l’AGRA, et étaient contraints d’utiliser des engrais chimiques lourdement subventionnés ;

- Bien que l’AGRA cible l’Afrique, près de la moitié du budget finance des organisations basées aux Etats-Unis. Les gouvernements africains ont quant à eux contribué à hauteur d’un milliard de dollars par an. 

En dix ans après son lancement, l’agriculture industrielle s’est diffusée dans dix nouveaux pays d’Afrique, sans augmentation des rendements ni résolution des problèmes de faim et de pauvreté, qui se sont parfois renforcés. L’approche top-down et technocratique et les rapports de forces extrêmement déséquilibrés avec les agriculteurs s’est soldée par un échec cuisant.



Quelles sont les conséquences sanitaires ? 


 

Afin de promouvoir leur modèle, les industriels font du lobbying auprès des gouvernements ou achètent des distributeurs locaux afin de former, sur le terrain, les paysans à l’utilisation de leurs produits. Les conséquences de l’utilisation de ces intrants sont pourtant alarmantes et déjà largement remises en question pour leur toxicité sur les humains, agriculteurs en première ligne et l’environnement,en particulier les pollinisateurs.

Selon l’ONU, plus de 200 000 personnes meurent chaque année dans les pays en développement suite à une intoxication aux pesticides. Cependant ce chiffre est probablement sous-estimé car la grande majorité des cas d’intoxication aux pesticides n’est pas rapportée. Les paysannes et paysans restent les principales victimes d’autant plus que la majorité d’entre eux ne disposent pas de l’équipement de protection nécessaire à l'épandage de ces produits. Pire, une partie des pesticides vendu à l’Afrique par l’Europe est interdite sur le vieux continent en raison des risques qu’ils représentent pour la santé humaine et la biodiversité. En 2018, les pays de l’Union européenne ont approuvé l’exportation de près de 82 tonnes de pesticides interdits dans leurs champs. Ces exportations étaient destinées à 85 pays dont les trois-quarts sont des pays émergents ou en développement.


Exportation de pesticides interdits depuis l’UE. Source : Public Eye, 2018 (c)

Les pays du Nord pointés du doigt

En juillet 2020, les Nations Unies ont appelé l’UE à mettre fin à cette pratique. Le sujet est sur la table mais résistera-t-il aux pressions des lobbyistes et des fabricants ?

En France, une telle interdiction entrera en vigueur en 2022. Ironie du sort, ces pesticides interdits en UE mais exportés vers le reste du monde sont utilisés sur des produits agricoles destinés à être vendus en Europe. Des résidus se retrouvent in fine dans l’assiette des consommateurs européens.

Soutenir les alternatives

L’agroécologie paysanne présente de nombreuses alternatives aux intrants de synthèse, bien plus adaptées aux réalités locales, aux enjeux de protection des sols et de la biodiversité, ainsi qu'aux enjeux sanitaires. En plus de sortir les agriculteurs d’une relation de dépendance aux grandes multinationales, elle répond à l’objectif d’augmentation des productions grâce à la diversification des cultures, usage de semences résilientes, et recours aux interactions avec la biodiversité naturelle (prédateurs naturels, plantes associées, etc.).

Ressources

Une pincée d'agroécologie pour une louche d'industrie

Action contre la Faim, le CCFD - Terre Solidaire et Oxfam France se sont penchées sur les soutiens nanciers engagés par la France vers l’agriculture des pays du Sud et analyser leurs orientations. Soutiennent-ils une transition agroécologique ? Ou au contraire favorisent-ils un modèle qui nuit à cette transition ? Participent-ils à la lutte contre la pauvreté, contre les inégalités de genre ou contre les dérèglements climatiques ? Ou ignorent-ils ces enjeux cruciaux qui pourtant sont les causes mêmes de l’explosion de la faim dans le monde ?

Des modèles pour nourrir le monde Etude/Rapport

Toxic residues through the back door

Cet article du Corporate Europe Observatory montre comment les entreprises de pesticides et leurs partenaires commerciaux font pression sur l'Union Européenne afin d'autoriser des substances bannies en Europe dans les productions importées.

Des modèles pour nourrir le monde Article de presse

Une nouvelle révolution verte pour l’Afrique ?

Cet article publié par Grain a pour but de décrire ce que signifie réellement une révolution verte, pourquoi des projets de ce type n'ont pas fonctionné en Afrique et pourquoi le nouveau programme Alliance pour une Révolution verte en Afrique ne pourra pas non plus marcher.

Des modèles pour nourrir le monde Article de presse

DeSIRA : l'indésirable ?

Cette étude du CCFD - Terre Solidaire se penche sur DeSIRA, pour « Développement intelligent pour l’innovation par la recherche en agriculture », est une initiative multi-acteurs lancée à l’occasion du One Planet Summit, en décembre 2017 à Paris. Elle se donne pour objectif de financer une transition durable des systèmes agricoles et alimentaires et compatible avec le climat en Afrique, en Amérique latine et en Asie, cette note vise à faire un état des lieux de cette initiative, notamment en termes de gouvernance et de redevabilité. Elle questionnera par ailleurs la vision du développement agricole qu’elle souhaite impulser.

Des modèles pour nourrir le monde Etude/Rapport

Pesticides interdits : l’hypocrisie toxique de l’Union européenne

Public Eye et Unearthed révèlent l’ampleur des exportations de pesticides interdits depuis l'Union européenne. Une enquête qui montre l’hypocrisie d’un système législatif qui permet aux sociétés agrochimiques de continuer à inonder des pays en développement ou émergents de substances jugées trop dangereuses pour être utilisées dans l’UE. Le géant bâlois Syngenta est le numéro un de ce commerce.

Des modèles pour nourrir le monde Article de presse

Pesticides interdits : plus de 80000 tonnes exportées depuis l’UE

Public Eye et Unearthed révèlent pour la première fois l’ampleur des exportations de pesticides interdits depuis l’Union européenne. Au cœur du scandale : l’hypocrisie d’un système législatif qui permet aux sociétés agrochimiques de continuer à inonder des pays comme le Brésil, l’Inde ou le Maroc de substances jugées trop dangereuses pour être utilisées dans l’UE. Le géant bâlois Syngenta est le numéro un de ce commerce.

Des modèles pour nourrir le monde Article de presse








Les commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire sur cette étape.





Ajouter un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.







6  Ressources

Pesticides interdits : l’hypocrisie toxique de l’Union européenne

Public Eye et Unearthed révèlent l’ampleur des exportations de pesticides interdits depuis l'Union européenne. Une enquête qui montre l’hypocrisie d’un système législatif qui permet aux sociétés agrochimiques de continuer à inonder des pays en développement ou émergents de substances jugées trop dangereuses pour être utilisées dans l’UE. Le géant bâlois Syngenta est le numéro un de ce commerce.

Des modèles pour nourrir le monde Article de presse

Une pincée d'agroécologie pour une louche d'industrie

Action contre la Faim, le CCFD - Terre Solidaire et Oxfam France se sont penchées sur les soutiens nanciers engagés par la France vers l’agriculture des pays du Sud et analyser leurs orientations. Soutiennent-ils une transition agroécologique ? Ou au contraire favorisent-ils un modèle qui nuit à cette transition ? Participent-ils à la lutte contre la pauvreté, contre les inégalités de genre ou contre les dérèglements climatiques ? Ou ignorent-ils ces enjeux cruciaux qui pourtant sont les causes mêmes de l’explosion de la faim dans le monde ?

Des modèles pour nourrir le monde Etude/Rapport

Toxic residues through the back door

Cet article du Corporate Europe Observatory montre comment les entreprises de pesticides et leurs partenaires commerciaux font pression sur l'Union Européenne afin d'autoriser des substances bannies en Europe dans les productions importées.

Des modèles pour nourrir le monde Article de presse

Une nouvelle révolution verte pour l’Afrique ?

Cet article publié par Grain a pour but de décrire ce que signifie réellement une révolution verte, pourquoi des projets de ce type n'ont pas fonctionné en Afrique et pourquoi le nouveau programme Alliance pour une Révolution verte en Afrique ne pourra pas non plus marcher.

Des modèles pour nourrir le monde Article de presse

Pesticides interdits : plus de 80000 tonnes exportées depuis l’UE

Public Eye et Unearthed révèlent pour la première fois l’ampleur des exportations de pesticides interdits depuis l’Union européenne. Au cœur du scandale : l’hypocrisie d’un système législatif qui permet aux sociétés agrochimiques de continuer à inonder des pays comme le Brésil, l’Inde ou le Maroc de substances jugées trop dangereuses pour être utilisées dans l’UE. Le géant bâlois Syngenta est le numéro un de ce commerce.

Des modèles pour nourrir le monde Article de presse

DeSIRA : l'indésirable ?

Cette étude du CCFD - Terre Solidaire se penche sur DeSIRA, pour « Développement intelligent pour l’innovation par la recherche en agriculture », est une initiative multi-acteurs lancée à l’occasion du One Planet Summit, en décembre 2017 à Paris. Elle se donne pour objectif de financer une transition durable des systèmes agricoles et alimentaires et compatible avec le climat en Afrique, en Amérique latine et en Asie, cette note vise à faire un état des lieux de cette initiative, notamment en termes de gouvernance et de redevabilité. Elle questionnera par ailleurs la vision du développement agricole qu’elle souhaite impulser.

Des modèles pour nourrir le monde Etude/Rapport
Fermer le volet
Fermer le volet