Une seule planète
Une Seule Planète, pour des transitions solidaires Bouton menu
Chargement...
Chargement de l'étape en cours...

Pétrole, gaz et luttes d'influence dans l'Arakan

C'est dans l'Etat de l'Arakan (ou Rakhine) que vivent la majorité des musulmans de Birmanie. Les Rohingyas musulmans constiueraient près d'un tiers de la population de cet Etat (du moins avant l'exode massif de la fin du mois d'août 2017). L'Arakan est réputé comme étant l'un des plus pauvres de Birmanie... mais il est pourtant riche en ressources naturelles et se trouve aujourd'hui au centre d'enjeux qui dépassent les populations qui y vivent. 

Il suffit de jeter un œil aux cartes de la région pour comprendre à quel point la Birmanie et plus particulièrement les zones côtières, dans le Sud du pays, dont l'Arakan, occupent une place centrale dans les stratégies économiques, énergétiques et politiques des grandes puissances, à commencer par les deux géants voisins : l'Inde et la Chine. 

Les ressources pétrolières et gazières découvertes dans la région, notamment au large de l'Etat de l'Arakan, à Shwe, attisent les convoitises et plusieurs projets de gazoduc et oléoduc sont déjà à l'œuvre. 

Instrumentalisation de la situation des Rohingyas ?

A cette position stratégique, s'ajoutent une autre problématique, qui dépasse les enjeux régionaux : l'instrumentalisation des conflits religieux. Va-t-on vers une internationalisation de la crise des Rohingyas, qui « déborde » déjà des frontières régionales sud-asiatiques ? Y a-t-il un risque d'instrumentalisation de la situation par les organisations djihadistes ? Et quels intérêts servirait cette instrumentalisation ? 

Sophie Boisseau du Rocher, chercheuse associée au Centre Asie de l'Institut français des relations internationales (IFRI), Didier Chaudet, consultant basé à Hong Kong, spécialisé sur les questions de sécurité en Asie du Sud, et Dominique Moïsi, conseiller spécial de l’Institut Montaigne, professeur au King’s College de Londres, en ont notamment débattu sur les ondes de France Culture

 

Ressources









Les commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire sur cette étape.





Ajouter un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.







     0  

Soyez le premier à enrichir cette étape avec une alternative !

Retour Retour
Ajouter une alternative
Ajouter une ressource
     0

Soyez le premier à enrichir cette étape avec un outil !

Retour Retour
Ajouter un outil pédagogique
     0  
Retour Retour
4  Ressources

Rohingyas : un conflit contagieux

Depuis fin août, plus de 600 000 Rohingyas ont fui la Birmanie pour rejoindre le Bangladesh. Va-t-on vers une internationalisation du conflit qui « déborde » déjà des frontières régionales sud-asiatiques ? Y a-t-il un risque d'instrumentalisation de la situation par les organisations djihadistes ?

Droit à la communication et à l’information libre Extraits sonores

Rohingyas : derrière la religion, le pétrole et le gaz

Réputé être l'Etat le plus pauvre de Birmanie, l'Arakan possède un sous-sol particulièrement prometteur. Un important gisement de gaz offshore a été découvert, dont les Chinois se sont aussitôt emparés, avec le feu vert de l'armée birmane.

Partage durable des ressources Article de presse

Qui s'intéresse à la Birmanie ?

La Birmanie se trouve au carrefour de trois régions économiquement dynamiques : le sous-continent indien, à l’ouest, par le voisinage de l’Inde et du Bangladesh ; l’Asie du Sud-Est, par la Thaïlande et le Laos ; et l’Asie du Nord-Est, au nord, par la Chine.

Partage durable des ressources Cartographie

The Geopolitics of Rakhine

Annabelle Heugas, chercheuse à l’Institut birman des études stratégiques et internationales, analyse l’importance géostratégique qu’occupe le Rakhine aux yeux des deux puissances régionales, l'Inde et la Chine, et les enjeux suscités par les ressources naturelles de la région.

Partage durable des ressources Article de presse
Fermer le volet
Fermer le volet