Une seule planète
Une Seule Planète, pour des transitions solidaires Bouton menu
Chargement...
Chargement de l'étape en cours...

Des droits humains bafoués

Les impacts négatifs engendrés par les projets extractifs constituent autant de violations des droits humains reconnus à la fois dans les textes internationaux et de nombreuses constitutions nationales : le droit à l’eau, à un environnement sain, à la sécurité, etc.

Parmi les victimes de ces violations, les peuples autochtones sont particulièrement emblématiques. Ils disposent en effet de droits spécifiques, comme le droit à la consultation et à l’autodétermination, qui sont la plupart du temps niés par les États et les entreprises mettant en œuvre des projets extractifs. Ces droits figurent notamment dans la Convention 169 de l’Organisation internationale du Travail (OIT) et la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones.

Ces violations « passives » mais systématiques des droits humains sont accompagnées de violations « actives », c’est-à-dire à de violences, allant de l’intimidation au meurtre, vis-à-vis des habitants qui résistent aux projets extractifs. Les industries extractives sont reconnues par l’ONU comme étant parmi les premières responsables des violations des droits humains. 1176 défenseurs de l’environnement ont ainsi été tués entre 2002 et 2015 dans le monde, dont une part importante de leaders autochtones, selon l’ONG Global Witness. Dans la majorité des cas, ces crimes restent impunis.

Le plus souvent, les États et les entreprises agissent de concert pour criminaliser les mouvements de protestation contre les projets extractifs, en utilisant les lois de manière abusive (état d’urgence ou de siège, accusation de terrorisme, etc.), renforçant ainsi l’asymétrie entre les droits des entreprises et ceux des populations.

Témoignage d'une victime de violences suite à son engagement anti-extractif au Honduras, pays le plus touché par les assasinats de défenseurs de l'environnement en 2016. (c)
Manifestation en hommage à Berta Caceres, assasinée au Honduras en 2016 alors qu'elle défendait les droits de sa communauté vis à vis de multinationales

Ressources

Grève générale, assassinats et état d’urgence autour d’un projet minier géant au Pérou

Sept morts, et des centaines de blessés : c’est le bilan – provisoire – du violent conflit généré par un méga-projet de mine de cuivre au sud du Pérou, Tia Maria, qui allonge la liste macabre des militants écologistes assassinés à travers le monde. Mené par la southern Peru copper corporation (SCC), filiale péruvienne du géant mexicain Grupo México, le projet devrait se concrétiser d’ici 2017. Objectif : extraire 120 000 tonnes de cuivre chaque année.

Pouvoir d’agir et démocratie Article de presse

Manifestations à Standing Rock contre le Dakota Access Pipeline : Qui, quoi, pourquoi ? (en anglais)

Les manifestations des Premières Nations aux Etats Unis contre le Dakota Access pipeline (long de plus de 1800km et passant près de la réserve indienne de Standing Rock) sont devenues un cri de ralliement international pour les droits des peuples autochtones et l'action contre le changement climatique, amenant des milliers de personnes dans la région rurale de Cannon Ball, dans le Dakota du Nord.

Partage durable des ressources Vidéo

Le droit à l’eau au Pérou et la criminalisation de la protestation : les droits humains non respectés face à l’industrie minière

Au Pérou, l’Etat ne protège pas les droits des populations qui vivent près des projets miniers, légaux ou illégaux, violant les instruments internationaux de respect des droits humains dont est Partie l’Etat péruvien. La région de Cajamarca est particulièrement vulnérable face à ces activités puisqu’elle est la quatrième région du Pérou ayant des concessions minières qui occupent 40,2% de son territoire.

Accessibilité aux droits Etude/Rapport

Tribunal permanent des peuples - Session sur l'industrie minière canadienne - Amérique Latine Verdict

Du 29 mai au 1er juin 2014, le Tribunal permanent des peuples (TPP) siégeait à Montréal pour examiner des faits liés aux violations de droits dont est accusée l’industrie minière canadienne en Amérique latine. Il a analysé les responsabilités respectives de deux catégories d’acteurs : d’une part, les entreprises minières canadiennes et d’autre part, les différents organes de l’État canadien qui contribuent, à travers divers mécanismes politiques, économiques et juridiques, à la violation des droits et à l’impunité qui les caractérise.

Accessibilité aux droits Etude/Rapport

Pollutions, sécheresses, menaces : l’inquiétant cocktail de l’industrie pétrolière en Colombie

Perenco est une discrète compagnie pétrolière française, propriété de l’une des familles les plus riches de France. Basta ! et l’Observatoire des multinationales ont enquêté sur ses pratiques en Colombie, où Perenco dispose de plusieurs concessions aux côtés d’autres compagnies. L’industrie pétrolière y est accusée de contribuer à la sécheresse qui s’installe dans la savane amazonienne, et de nombreuses négligences face aux pollutions qui contaminent étangs et rivières. Face aux actions de blocages organisées par les habitants et aux centaines de plaintes déposées, les autorités locales s’illustrent par leur totale indifférence. Ceux qui osent dénoncer ces pratiques sont, eux, menacés de mort.

Partage durable des ressources Article de presse

Etat des lieux des conséquences graves de l'exploitation minière - Violation des droits humains - Ingénieurs Sans Frontières Système Extractif

Accessibilité aux droits Infographie








Les commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire sur cette étape.





Ajouter un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.







6  Ressources

Manifestations à Standing Rock contre le Dakota Access Pipeline : Qui, quoi, pourquoi ? (en anglais)

Les manifestations des Premières Nations aux Etats Unis contre le Dakota Access pipeline (long de plus de 1800km et passant près de la réserve indienne de Standing Rock) sont devenues un cri de ralliement international pour les droits des peuples autochtones et l'action contre le changement climatique, amenant des milliers de personnes dans la région rurale de Cannon Ball, dans le Dakota du Nord.

Partage durable des ressources Vidéo

Etat des lieux des conséquences graves de l'exploitation minière - Violation des droits humains - Ingénieurs Sans Frontières Système Extractif

Accessibilité aux droits Infographie

Pollutions, sécheresses, menaces : l’inquiétant cocktail de l’industrie pétrolière en Colombie

Perenco est une discrète compagnie pétrolière française, propriété de l’une des familles les plus riches de France. Basta ! et l’Observatoire des multinationales ont enquêté sur ses pratiques en Colombie, où Perenco dispose de plusieurs concessions aux côtés d’autres compagnies. L’industrie pétrolière y est accusée de contribuer à la sécheresse qui s’installe dans la savane amazonienne, et de nombreuses négligences face aux pollutions qui contaminent étangs et rivières. Face aux actions de blocages organisées par les habitants et aux centaines de plaintes déposées, les autorités locales s’illustrent par leur totale indifférence. Ceux qui osent dénoncer ces pratiques sont, eux, menacés de mort.

Partage durable des ressources Article de presse

Grève générale, assassinats et état d’urgence autour d’un projet minier géant au Pérou

Sept morts, et des centaines de blessés : c’est le bilan – provisoire – du violent conflit généré par un méga-projet de mine de cuivre au sud du Pérou, Tia Maria, qui allonge la liste macabre des militants écologistes assassinés à travers le monde. Mené par la southern Peru copper corporation (SCC), filiale péruvienne du géant mexicain Grupo México, le projet devrait se concrétiser d’ici 2017. Objectif : extraire 120 000 tonnes de cuivre chaque année.

Pouvoir d’agir et démocratie Article de presse

Tribunal permanent des peuples - Session sur l'industrie minière canadienne - Amérique Latine Verdict

Du 29 mai au 1er juin 2014, le Tribunal permanent des peuples (TPP) siégeait à Montréal pour examiner des faits liés aux violations de droits dont est accusée l’industrie minière canadienne en Amérique latine. Il a analysé les responsabilités respectives de deux catégories d’acteurs : d’une part, les entreprises minières canadiennes et d’autre part, les différents organes de l’État canadien qui contribuent, à travers divers mécanismes politiques, économiques et juridiques, à la violation des droits et à l’impunité qui les caractérise.

Accessibilité aux droits Etude/Rapport

Le droit à l’eau au Pérou et la criminalisation de la protestation : les droits humains non respectés face à l’industrie minière

Au Pérou, l’Etat ne protège pas les droits des populations qui vivent près des projets miniers, légaux ou illégaux, violant les instruments internationaux de respect des droits humains dont est Partie l’Etat péruvien. La région de Cajamarca est particulièrement vulnérable face à ces activités puisqu’elle est la quatrième région du Pérou ayant des concessions minières qui occupent 40,2% de son territoire.

Accessibilité aux droits Etude/Rapport
Fermer le volet
Fermer le volet