Une seule planète
Une Seule Planète, pour des transitions solidaires Bouton menu
Chargement...
Chargement de l'étape en cours...

Des filières ultra concentrées !

Sans titre (c)

Des filières héritées du système colonial...

La période coloniale a été le moment privilégié du développement forcé des produits tropicaux d’exportation. Les puissances occupantes ont délibérément orienté les agricultures locales vers la production de masse de culture d'exportation négligeant ainsi les cultures vivrières. Cantonnant les pays producteurs (tropicaux ou subtropicaux) au rôle de producteurs de matières premières, elles ont ainsi pu développer leurs industries en tirant partie de la valeur ajoutée ainsi conservée dans les pays du nord.

Si la décolonisation a permis une relative émancipation politique, elle s'est par contre accompagnée d'une autre forme de colonisation, économique, elle : les terres et plantations sont ainsi passées aux mains d'élites locales, ou aux mains des gouvernements mais ont été bien vite récupérées via le jeu des privatisations imposées par les plans d'ajustement structurels pilotés par les anciennes colonies. Ainsi, aujourd’hui encore, la commercialisation et la transformation des produits tropicaux restent très largement entre les mains de quelques compagnies multinationales souvent originaires de ces ex-puissances coloniales.

Ces acteurs ont poursuivi le travail en développant des systèmes de production agro-industriels. Ces plantations se sont souvent implantées suite à des accaparements de terre laissant les paysans vivriers sans terre ou avec pour seul choix que de travailler dans ces plantations...

 

 

... tenues par une poignée d'acteurs...

Comme de nombreuses filières libéralisées, le jeu de la concurrence initiale a petit à petit été balayé par les opérations de fusion des grands groupes qui ont petit à petit mis la main sur l'ensemble de la filière de la production à la commercialisation assurant ainsi la maîtrise totale des filières et donc des marges.

  • Filière ananas  : 75% des ananas exportés dans le monde proviennent d’Amérique latine et essentiellement du Costa Rica. 50% de la production du Costa Rica est réalisée par Del Monte, puis Dole, Banacol (entreprise colombienne), Agricol Agromonte et Grupo acon. Del Monte S.A. est devenu un acteur écrasant grâce à la variété ’Gold® Extra Sweet’, produite principalement dans des plantations au Costa Rica et aux Philippines à grands renforts d'intrants chimiques et de main d'oeuvre exploitée. Pour en savoir plus.

 

  • Filière jus d’orange  : 4 groupes détiennent 90% de la production d’oranges et de jus. Ce sont 2 groupes brésiliens (Citrosuco et Cutrale) et 2 multinationales (Cargill et Louis Dreyfus). Côté distribution, même concentration. Le géant américain Coca-Cola possède la gamme de jus de fruits Minute Maid. Son concurrent PepsiCo distribue une autre grande marque bien connue des consommateurs : Tropicana. En savoir plus.

 

  • Filière banane  : 5 grandes compagnie assurent la majorité du commerce mondial des bananes : Chiquita, Fresh del Monte Produce, Dole Food, Fyffes et Noboa. Même si leur position a tendance à s'affaiblir ces dernières années (arrivée de nouveaux acteurs), elles détenaient jusqu'à 86 % du marché dans les années 1990, puis 70 % en 2002 et 44 % en 2013. Mais le transfert de pouvoirs a surtout profité à la grande distribution, qui s'est mise à acheter directement aux producteurs, à transporter, ou à mûrir des bananes : Walmart (Etats-Unis), Tesco (Royaume-Uni) ou Carrefour (France) par exemple. Pour en savoir plus.

 

Ressources







Fermer le volet
Fermer le volet