Une seule planète
Une Seule Planète, pour des transitions solidaires Bouton menu
Chargement...
Chargement de l'étape en cours...

L’accès des Roms aux droits fondamentaux et civiques.

Sans titre (c)
Rencontre avec la Vice Maire de Satu Mare

Les instances politiques roumaines mais aussi la population majoritaire, ont très souvent mis des obstacles à l'intégration civique et humaine des Roms.

Pour comprendre l’attitude du pouvoir politique vis à vis des Roms, il faut connaître leur histoire et leur vécu (voir Transmission de l’histoire Collective).

Son histoire explique la difficulté, qu'a encore aujourd’hui, la population rom à se faire accepter par les instances administratives mais aussi par les roumains, en général.

Dans la composition de la chambre des députés roumaine, chaque minorité a le droit d’obtenir un siège par communauté. (grecs, italiens, turcs, hongrois, roms, ...).
Cependant depuis 2008, deux conditions se sont ajoutées :elle doit récolter 25 000 signatures de notables issus d'au moins 15 des 40 judets (régions) et être reconnue d’utilité publique. De plus, cette communauté doit représenter au moins 5% de la population roumaine. Cela complique l'accès des Roms dont le nombre est sous-évalué.

Beaucoup de Roms associent la réussite au fait de devenir roumain ou hongrois et gommer, de ce fait, leur appartenance rom. La société moderne évolue indépendamment et parallèlement du sort des Roms. Il y a une grande volonté de reconnaissance pour pouvoir participer au débat démocratique. La fracture grandit entre les Roms « déclarés » et ceux qui se sont « fondus » dans le peuple roumain. 

Officiellement, 60 000 Roms soit 3% de la population roumaine sont reconnus. En réalité, 1,5 à 2 millions de Roms vivent en Roumanie, soit 10% de la population totale. Beaucoup de Roms « assimilés » ne déclarent pas qu'ils sont Roms.

Le gouvernement peut, dans certains cas, être un frein à l’amélioration de la condition rom. Par exemple Cristina, directrice de l’association STEA, fait face à des difficultés liées à la fermeture de plusieurs institutions (17 établissements de 150 enfants environ chacun) qui accueillaient des enfants Roms pour lesquels il a fallu trouver des solutions d’accueil afin qu'ils ne grandissent pas dans la rue. Le service social municipal a refusé de se sentir concerné :

« On traite les situations des demandeurs, on ne va pas au-devant ou sur le terrain ».

Seul un centre de jour a accepté d’accueillir ces enfants sans avoir la capacité de les accueillir tous. Aussi, le phénomène « enfants des rues » augmente : ils vivent en bandes, dans des squats, et dans une précarité extrême, dans la ville de Satu Mare.

A deux reprises des projets de lois ont été déposés au parlement pour modifier l'appellation ’Rom’ pour éviter la confusion avec l'appellation ’Roumain’.

 

Village de Curcani , Rencontre avec les habitants Roms
Village de Curcani , Rencontre avec les habitants Roms

Les moyens mis en place grâce aux associations et au travail en collectif

La communauté rom aspire à accéder aux mêmes droits et statuts que la minorité hongroise, en s’inspirant de leurs réussites comme par exemple la scolarisation dans la langue maternelle, la création d’instituts culturels, les affichages dans les deux langues, la restitution de leurs traditions avec les moyens modernes ...

Les mairies ont également contribué à l’amélioration des droits des Roms suite à une pression de la part des militants des droits des Roms :

  • A Cluj : des HLM ont été attribués à des familles roms qui ont, par la suite, réussi à s’installer dans des maisons en périphérie.
     
  •  Dans certains villages roumains, les maires donnent des terres aux Roms et ceux-ci s'en sortent mieux qu'en ville. Ils peuvent commencer une activité agricole, se stabiliser et permettre aux enfants d’aller à l’école.
     
  • A Satu Mare la Maire adjointe en charge de l’éducation, du social et de la culture, Doïna Feher, témoigne des actions accomplies au sein de la ville :

« Il existe des aides spécifiques et des bourses destinées exclusivement aux Roms. Elles sont accordées sur critère d’assiduité à l’école. La plus grande partie de l’aide sociale va aux Roms. Il peut y avoir une attribution d’allocations contre travaux d’intérêt public. Les logements sociaux sont attribués pour 5 ans. Dans ce cas les familles ont 5 ans pour s’en sortir. La mairie subventionne une vingtaine d’associations. »

Même si l’on sait que l’accompagnement est très long pour faire sortir une famille de la précarité, quand tous les partenaires associatifs, les bénévoles, les centres sociaux, les écoles, les structures de santé et les services administratifs travaillent en coordination et en cohérence, on peut arriver à de vraies réussites.

Alternatives

Fondation Collège Européen

La Fondation Collège Européen, basé à Cluj, est centré sur 2 sortes d’activités principales : La réinsertion sociale des catégories marginalisées de la société roumaine, avec un intérêt spécial de la minorité rom de Transylvanie et son accès à l’éducation. Le débat et l’application des principes de (...)
Pouvoir d’agir et démocratie S’éduquer dans la diversité Accessibilité aux droits
Fondation collège Européen    CCFD    Roms    Droits des Roms   

Education et accompagnement des jeunes Roms en Roumanie

L’association STEA (signifie étoile en roumain. Devise : ensemble pour un monde meilleur), basé à Satu Mare près de la frontière Hongroise, lutte contre l’exploitation des jeunes et des enfants et les aide à devenir indépendants, à travers des activités pédagogiques et éducatives. La mission de STEA est (...)
Pouvoir d’agir et démocratie S’éduquer dans la diversité Accessibilité aux droits
STEA    CCFD    Droits des Roms    Roms   

Un centre Rom d’intervention et d’etudes sociales

La marque de fabrique de Romani CRISS est la suivante : il s’agit d’encourager la mobilisation et l’émergence de la structuration collective des Roms depuis la base dans toutes les régions de Roumanie et non d’agir directement dans toutes les communautés Roms de (...)
Pouvoir d’agir et démocratie Accessibilité aux droits
Bucarest    Romani Criss    Roms    Droit des Roms    CCFD   






Ressources









Les commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire sur cette étape.





Ajouter un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.







3  Alternatives

Un centre Rom d’intervention et d’etudes sociales

La marque de fabrique de Romani CRISS est la suivante : il s’agit d’encourager la mobilisation et l’émergence de la structuration collective des Roms depuis la base dans toutes les régions de Roumanie et non d’agir directement dans toutes les communautés Roms de (...)
Pouvoir d’agir et démocratie Accessibilité aux droits
Bucarest    Romani Criss    Roms    Droit des Roms    CCFD   

Education et accompagnement des jeunes Roms en Roumanie

L’association STEA (signifie étoile en roumain. Devise : ensemble pour un monde meilleur), basé à Satu Mare près de la frontière Hongroise, lutte contre l’exploitation des jeunes et des enfants et les aide à devenir indépendants, à travers des activités pédagogiques et éducatives. La mission de STEA est (...)
Pouvoir d’agir et démocratie S’éduquer dans la diversité Accessibilité aux droits
STEA    CCFD    Droits des Roms    Roms   

Fondation Collège Européen

La Fondation Collège Européen, basé à Cluj, est centré sur 2 sortes d’activités principales : La réinsertion sociale des catégories marginalisées de la société roumaine, avec un intérêt spécial de la minorité rom de Transylvanie et son accès à l’éducation. Le débat et l’application des principes de (...)
Pouvoir d’agir et démocratie S’éduquer dans la diversité Accessibilité aux droits
Fondation collège Européen    CCFD    Roms    Droits des Roms   
Fermer le volet
Fermer le volet