Une seule planète
Une Seule Planète, pour des transitions solidaires Bouton menu
Chargement...
Chargement de l'étape en cours...

L'aide au développement soumise au contrôle des frontières

Le Sénégal est un des pays avec lequel l’UE souhaite conclure en priorité un pacte (c)

Afin d’enrayer les flux de migrants, l’Union européenne et ses Etats membres agissent directement dans et avec les pays d’origine pour dissuader les populations de partir. La politique d’aide publique au développement est leur principal levier. N’est-ce pas là un dévoiement de la politique de coopération, qui plus est, basé sur une logique hasardeuse ?

Une Europe généreuse mais pas désintéressée

L’Union européenne et ses Etats membres ne manquent jamais une occasion de rappeler leur générosité à l’égard des pays du Sud.

Je suis fier que l'UE reste le premier donateur au monde d'aide publique au développement, témoignant de notre engagement en faveur des objectifs de développement durable des Nations unies

Neven Mimica, commissaire européen pour la coopération internationale et le développement, le 11 avril 2017, Bruxelles

Les fondements de l’aide publique au développement sont clairement définis par le Traité de Lisbonne (2007) : « L'objectif principal de la politique de l'Union dans [le] domaine [de la coopération au développement] est la réduction et, à terme, l'éradication de la pauvreté. » Mais ces derniers temps, les lignes ont eu tendance à bouger, car, de l’aveu même de la Commission européenne : « La pression migratoire externe est désormais la norme pour l'UE et ses partenaires. »

La politique migratoire vire à l'obsession

Le 7 juin 2016, la Commission a très clairement annoncé, à l’occasion de la présentation de son nouveau cadre de partenariat avec les pays tiers, que l’aide européenne au développement et les traitements commerciaux préférentiels seraient à l’avenir conditionnés aux efforts que déploieront les pays tiers en matière de lutte contre les migrations, « priorités majeures en matière de relations extérieures ». Elle envisage ainsi « une série de mesures incitatives positives et négatives […] intégrée aux politiques commerciale et de développement de l’UE afin de récompenser les pays désireux de coopérer efficacement avec l’Union en matière de gestion des migrations et de veiller à ce qu’il y ait des conséquences pour ceux qui refusent ».

Qui peut croire à un dialogue équilibré et serein entre l’Union européenne et des pays qui, comme ceux d’Afrique de l’ouest, en sont économiquement dépendants ? La politique migratoire vire à l’obsession chez les dirigeants européens et le marchandage avec les pays du Sud risque fort de prendre des allures de chantage.

Le Niger, carrefour des routes migratoires (c)

Une logique inefficace quand elle n'est pas nocive

Les Etats européens bâtissent leur politique de coopération sur l’idée, loin d’être prouvée, que le développement des pays du Sud va permettre la baisse des flux migratoires.

Financé à 80% par l’aide publique au développement européenne, le Fonds fiduciaire d’urgence en faveur de l’Afrique a été doté par la Commission européenne d’un montant de 1,8 milliard d’euros pour la période 2015-2020. Il doit permettre « de répondre aux causes des déséquilibres, des déplacements de populations et de l’immigration clandestine en favorisant l’égalité des chances, les opportunités économiques, la sécurité et le développement ».

Au classement mondial de l’indice de développement humain (IDH), le Niger est avant-dernier : 187ème sur 188, juste devant la République centrafricaine. Le Fonds fiduciaire d’urgence lui a alloué une enveloppe d’environ 140 millions d’euros répartis comme suit :

  • 92 millions d’euros pour assurer une « meilleure gestion de la migration »
  • 48 millions d’euros pour « élaborer une stratégie globale pour la stabilité, la sécurité et la résilience » (dont 36 millions pour la « gestion des frontières et la sécurité »)
  • Rien pour la satisfaction des besoins fondamentaux (éducation, santé, etc.) de sa population

Là comme ailleurs, les fonds dédiés à la réduction des inégalités, qui sont pourtant reconnues parmi les premières causes des migrations économiques, diminuent donc au profit du renforcement de dispositifs censés lutter contre ces mêmes migrations. Un vrai cercle vicieux !

Ressources

Détournement de Fonds ? L’aide européenne pour freiner les migrations

Action Santé Mondiale revient du Niger et du Sénégal où nous avons rencontré une large palette d’acteurs du développement avec lesquels nous nous sommes entretenus du lancement et de la mise en œuvre du Fonds fiduciaire d’urgence pour l’Afrique (FFU).

Le FFU donne un exemple de première main de l’instrumentalisation de l’aide publique au développement en vue de répondre à des objectifs de politique intérieure européenne.

Liberté de circulation Etude/Rapport

Migration and development : A theoretical perspective (en)

his paper aims to put the debate on migration and development in a broader historical perspective of migration theory in particular and social theory in general. The lack of theoretical rootedness and largely descriptive nature of much empirical work has haunted the improvement of theories. As a result of the general lack of a common theoretical thread, most empirical work – especially from outside migration economics – remains isolated, scattered, and theoretically underexplored. Real progress in the understanding of the factors determining the fundamental heterogeneity of migration and development interactions is only possible if more empirical work is designed to test theoretically derived hypotheses and, hence, to improve the generalized understanding of migration-development interactions.

Liberté de circulation Etude/Rapport

Nouveau consensus européen pour le développement

Le nouveau consensus européen pour le développement constitue un cadre commun global pour la coopération européenne au développement. Pour la première fois, il s'applique dans son intégralité à l'ensemble des institutions de l'Union européenne et à tous les États membres, qui s'engagent à coopérer plus étroitement.

Liberté de circulation Etude/Rapport

Does Development Reduce Migration ? (en)

The most basic economic theory suggests that rising incomes in developing countries will deter emigration from those countries, an idea that captivates policymakers in international aid and trade diplomacy. A lengthy literature and recent data suggest something quite different : that over the course of a “mobility transition”, emigration generally rises with economic development until countries reach upper-middle income, and only thereafter falls. This note quantifies the shape of the mobility transition in every decade since 1960. It then briefly surveys 45 years of research, which has yielded six classes of theory to explain the mobility transition and numerous tests of its existence and characteristics in both macro- and micro-level data. The note concludes by suggesting five questions that require further study.

Liberté de circulation Etude/Rapport

Nouveau cadre de partenariat avec les pays tiers au titre de l’Agenda européen en matière de migration

La Commission européenne a écrit son projet de nouveau cadre de partenariat, axé sur les résultats, en vue de mobiliser et de concentrer l'action et les ressources de l'UE dans ses activités extérieures en matière de gestion des migrations. L’Union européenne recherchera des partenariats sur mesure avec les principaux pays tiers d’origine et de transit, en recourant à toutes les politiques et à tous les instruments dont elle dispose pour obtenir des résultats concrets.

Liberté de circulation Etude/Rapport

Niger : ingérence et néocolonialisme au nom du développement

Le 10 octobre 2016, la chancelière alle- mande Angela Merkel était reçue en grande pompe à Niamey. Elle ne faisait pas mystère que ses deux préoccupations étaient la « sécurité » et « l’immi- gration ». Il s’agissait de mettre en œuvre des « re- commandations » répétées à l’envi : le Niger, « pays de transit », devait être accompagné afin de jouer le rôle de filtre migratoire.

Liberté de circulation Etude/Rapport

L’Europe et ses voisins : marchandages migratoires

Accords de réadmission, de coopération, Migration Compact, accords bilatéraux… Depuis plusieurs années, on assiste à une prolifération des accords passés par l’Union européenne (et ses États membres) avec les pays d’émigration et qui ont pour finalité de stopper les flux de migrations aux portes de l’Europe, quand bien même elles seraient le fait de personnes en demande de protection internationale. Et peu importe que la charge du contrôle des frontières et de l’accueil des migrants incombe dès lors à des pays bien moins développés que les riches nations européennes.

Liberté de circulation Etude/Rapport

Chronique d’un chantage

Pour nombre de pays d’Afrique, la coopération des pays du Nord, la présence des organisations internationales et l’action des ONG est à double tranchant : aussi nécessaire qu’insuffisante dans un certain nombre de situations, d’urgence notamment, elle est également la contrepartie de politiques économiques et commerciales qui privent ces sociétés civiles et États d’une partie de leurs moyens d’action. Cette ambivalence d’une « aide internationale », qui ampute autant qu’elle soutient, a encore été accentuée ces dernières années par le mélange des genres entre politiques de développement, actions de « maintien de la paix » et dispositifs de contrôle de l’immigration.

Liberté de circulation Etude/Rapport






Outils

10 idées reçues sur migrations et développement

Dans le contexte actuel de crispation politique et sociale autour des questions liées aux migrations, en raison d'une méconnaissance manifeste du lien entre migrations et développement, cette publication vise à apporter aux acteurs/trices de terrain, aux niveaux européen, national et local, des (...)

Outil d’animation

5 idées à déconstruire sur les liens entre migrations et développement

Un guide à usage pratique et politique. Qu’est-ce qu’une idée reçue ? Pourquoi et comment la combattre efficacement ? Avec ce guide, les acteurs « migrations & développement » ont souhaité apporter leur lecture des enjeux qui gravitent autour de cette problématique. Visuel et concret, ce guide a (...)

Outil d’animation

Jeu des chaises ’version réfugiés’

Le Jeu des Chaises est un classique des outils de sensibilisation à la solidarité internationale, il permet de visualiser de façon interactive & frappante la répartition de la population mondiale et les inégalités de richesse entre différentes régions du le monde. Dans sa version ‘Réfugiés’, il (...)

Outil d’animation

Dossier pédagogique : la migration ici et ailleurs

Ce dossier ne prétend pas traiter de manière exhaustive toutes les questions liées à la migration et à l’asile, il vous permet cependant, avec votre classe, d’aborder la thématique de la migration et de l’asile, de manière simple et ludique, en vous appuyant notamment sur des témoignages de migrants et (...)

Outil d’animation

Sur les sentiers du lait

Cette animation traite de la problématique laitière d’un point de vue global. Depuis quelques années, le secteur du lait est en crise en Europe. Parallèlement, en Afrique, la filière lait éprouve de nombreuses difficultés : certaines sont particulières au contexte local (climat, manque d’infrastructure (...)

Outil d’animation








Les commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire sur cette étape.





Ajouter un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.







8  Ressources

L’Europe et ses voisins : marchandages migratoires

Accords de réadmission, de coopération, Migration Compact, accords bilatéraux… Depuis plusieurs années, on assiste à une prolifération des accords passés par l’Union européenne (et ses États membres) avec les pays d’émigration et qui ont pour finalité de stopper les flux de migrations aux portes de l’Europe, quand bien même elles seraient le fait de personnes en demande de protection internationale. Et peu importe que la charge du contrôle des frontières et de l’accueil des migrants incombe dès lors à des pays bien moins développés que les riches nations européennes.

Liberté de circulation Etude/Rapport

Chronique d’un chantage

Pour nombre de pays d’Afrique, la coopération des pays du Nord, la présence des organisations internationales et l’action des ONG est à double tranchant : aussi nécessaire qu’insuffisante dans un certain nombre de situations, d’urgence notamment, elle est également la contrepartie de politiques économiques et commerciales qui privent ces sociétés civiles et États d’une partie de leurs moyens d’action. Cette ambivalence d’une « aide internationale », qui ampute autant qu’elle soutient, a encore été accentuée ces dernières années par le mélange des genres entre politiques de développement, actions de « maintien de la paix » et dispositifs de contrôle de l’immigration.

Liberté de circulation Etude/Rapport

Détournement de Fonds ? L’aide européenne pour freiner les migrations

Action Santé Mondiale revient du Niger et du Sénégal où nous avons rencontré une large palette d’acteurs du développement avec lesquels nous nous sommes entretenus du lancement et de la mise en œuvre du Fonds fiduciaire d’urgence pour l’Afrique (FFU).

Le FFU donne un exemple de première main de l’instrumentalisation de l’aide publique au développement en vue de répondre à des objectifs de politique intérieure européenne.

Liberté de circulation Etude/Rapport

Does Development Reduce Migration ? (en)

The most basic economic theory suggests that rising incomes in developing countries will deter emigration from those countries, an idea that captivates policymakers in international aid and trade diplomacy. A lengthy literature and recent data suggest something quite different : that over the course of a “mobility transition”, emigration generally rises with economic development until countries reach upper-middle income, and only thereafter falls. This note quantifies the shape of the mobility transition in every decade since 1960. It then briefly surveys 45 years of research, which has yielded six classes of theory to explain the mobility transition and numerous tests of its existence and characteristics in both macro- and micro-level data. The note concludes by suggesting five questions that require further study.

Liberté de circulation Etude/Rapport

Nouveau consensus européen pour le développement

Le nouveau consensus européen pour le développement constitue un cadre commun global pour la coopération européenne au développement. Pour la première fois, il s'applique dans son intégralité à l'ensemble des institutions de l'Union européenne et à tous les États membres, qui s'engagent à coopérer plus étroitement.

Liberté de circulation Etude/Rapport

Niger : ingérence et néocolonialisme au nom du développement

Le 10 octobre 2016, la chancelière alle- mande Angela Merkel était reçue en grande pompe à Niamey. Elle ne faisait pas mystère que ses deux préoccupations étaient la « sécurité » et « l’immi- gration ». Il s’agissait de mettre en œuvre des « re- commandations » répétées à l’envi : le Niger, « pays de transit », devait être accompagné afin de jouer le rôle de filtre migratoire.

Liberté de circulation Etude/Rapport

Migration and development : A theoretical perspective (en)

his paper aims to put the debate on migration and development in a broader historical perspective of migration theory in particular and social theory in general. The lack of theoretical rootedness and largely descriptive nature of much empirical work has haunted the improvement of theories. As a result of the general lack of a common theoretical thread, most empirical work – especially from outside migration economics – remains isolated, scattered, and theoretically underexplored. Real progress in the understanding of the factors determining the fundamental heterogeneity of migration and development interactions is only possible if more empirical work is designed to test theoretically derived hypotheses and, hence, to improve the generalized understanding of migration-development interactions.

Liberté de circulation Etude/Rapport

Nouveau cadre de partenariat avec les pays tiers au titre de l’Agenda européen en matière de migration

La Commission européenne a écrit son projet de nouveau cadre de partenariat, axé sur les résultats, en vue de mobiliser et de concentrer l'action et les ressources de l'UE dans ses activités extérieures en matière de gestion des migrations. L’Union européenne recherchera des partenariats sur mesure avec les principaux pays tiers d’origine et de transit, en recourant à toutes les politiques et à tous les instruments dont elle dispose pour obtenir des résultats concrets.

Liberté de circulation Etude/Rapport
Fermer le volet
Fermer le volet